Visuel header blog

Le Bomber Schott, un blouson mythique

cuirs-guignard-bomber

Avant le Bombers, il y avait le cuir

Les blousons militaires de l'US Air Force portent des numéros. Les modèles notables remontent au début du siècle dernier. Le blouson A-1 est né en 1927, il fut remplacé quatre ans plus tard par le A-2 qui fait, également, partie des pièces mythiques. Vous savez le A-2, c'est le gros blouson de cuir marron de la seconde guerre mondiale, avec des poches rabats sur le devant, un col coupe chemise, des épaulettes en cuir, des poignets et une taille élastiques. Très chauds, ces modèles étaient conçus pour protéger les militaires américains en toutes conditions météo.


Les blousons d'aviateur changent de peau

Les progrès de l'aviation et des jets ont permis aux pilotes d'opter pour un blouson plus léger. C'est le début du Bombers, dans sa version B-15, sorti dans les années 50. Premier blouson d'aviateur en matière synthétique, il assure un meilleur confort dans le cockpit. Toujours fonctionnel, rien n'y était laissé au hasard et ce sont ces détails qui séduisent la mode aujourd'hui. Des détails légendaires qui sont moins utiles pour nos vies urbaines mais dont on ne pourrait plus se passer. En effet, avez-vous réellement besoin de fixer votre masque à oxygène ? Utilisez-vous la petite poche sur le bras pour y ranger votre stylo ? Non. Mais je suis sûre que vous appréciez, comme moi, les poches en diagonale à fermeture zippée et la doublure orange.


La naissance du MA-1

Si vous voulez vraiment tout savoir, le Bombers décliné actuellement est la version MA-1 de l'US Air Force et de la Navy sous le code MIL-J-8279. Les matières utilisées étaient de très haute qualité avec une recherche sur l'isolation de la doublure qui passa d'une couche de laine à du polyester. Le col en fourrure du B-15, risquant de s'accrocher dans le harnais du parachute, fut remplacé par un col en tricot. Quant aux couleurs mythiques du Bombers, elles sont, encore une fois, fonctionnelles. Ainsi, la couleur vert olive est choisie pour ses qualités de camouflage en cas d'atterrissage d'urgence. Réversible, le côté doublure orange permettait de repérer les aviateurs en situation de détresse. Malin !


Le virage symbolique du Bombers

C'est principalement la guerre du Viêt Nam et la guerre des Malouines qui vont populariser le Bombers. Les images des pilotes de chasse et d'hélicoptère américains portant ces blousons ont fait le tour du monde. Pour la jeunesse américaine, le Bombers est un symbole de l'héroïsme patriotique. Face à la demande, l'armée le commercialise dans une version adaptée, l'Apha MA-1. En conservant les fondamentaux du modèle. A cette époque, il est également popularisé par des stars qui le portent, comme Marilyn Monroe et James Dean.


La période skinhead

La guerre finie, les soldats devenus ouvriers continuent de porter ce blouson mythique et contribuent ainsi à en faire un élément de la culture populaire. Revendication prolétaire reprise par les skinheads, en Angleterre dans les années 1980, qui le portent avec des jeans très serrés et des Dr Martens montantes. Ce look va longtemps porter préjudice à l'image du Bombers qui s'en départira grâce au Grand Ecran.


Un « must have »

Comme souvent dans la mode, c'est le cinéma et la musique qui donneront leurs lettres de noblesse au Bombers. On peut citer Steve McQueen dans Le Chasseur, Tom Cruise dans Top Gun ou plus récemment Ryan Gosling dans Drive. L'image de l'homme séduisant à Hollywood porte un Bombers. Certains rappeurs américains se l'approprient, également, dans les années 90 comme Nas et Dr. Dre.

Le modèle est ensuite repris, adapté, transformé par la mode et il prend sa place dans les défilés pour devenir, aujourd'hui, un « must have » de vos garde-robes.

Qui n'a pas encore son Bombers ?